Mail-art 4 : L'archipel aux sirènes

Publié le par Anaïs


Dernière carte envoyée à la galerie L'Art de Rien, pour son exposition de septembre.
Cette fois, c'est "L'archipel aux sirènes", de Somerset Maugham, publié aux éditions de Paris en 1946, qui prête sa couverture à un étrange mélange gouache-dorure-encre. Bizarre.

Et parce que ça me plait toujours, un dernier extrait du Médecin de Maurice de Fleury, mon nouveau super-copain.

"La femme médecin.
En vérité, que dire de nos confrères de l'autre sexe ? Depuis si longtemps qu'on en voit, elles n'ont rien de singulier. La femme est faite pour soigner : elle excelle à certaines tâches. Incapable des efforts physiques de la grande chirurgie, elle fait à merveille les massages et les pansements de la gynécologie médicale et la médecine infantile. Nos étudiantes, qui mènent presque toutes une vie respectable, sont assidues, exactes, attentives, patientes et douces au malade qui souffre. Le triste hôpital, elles le parent d'un peu plus de douceur, d'un peu plus de pitité. Et voyez-les encore à l'oeuvre dans nos laboratoires, expérimentant sur les petites souris blanches, maniant le microtome, colorant les "préparations". Rien ne leur convient mieux que cette petite cuisine délicate de l'histologie normale ou pathologique, de la microbiologie.
D'ailleurs, ces demoiselles savent fort bien se faire aimer. Après les longues fréquentations à l'hôpital où règne, parmi la douleur, une atmosphère de tendresse, on les épouse volontiers. Et nous connaissons, dans Paris, une douzaine d'excellents ménages où M. le docteur et Mme la doctoresse alternent leurs jours de consultations."

Voilà, c'était la vision de Maurice de Fleury sur la relation femmes/médecine. Ahh, sacré Momo, va.

Publié dans Expo

Commenter cet article

Anaïs 09/09/2008 19:54

Merci "MC" !

MC 08/09/2008 22:38

"Momo"l'illustre inconnu mérite de le rester (pour parodier Boris Vian) ... elles sont jolies tes cartes postales maritimes.